Andreas Papius
Pro Diatessaron - 1581
traduction en cours



Andreas Papius (1552-1581)

Andreas Papius (ou André de Pape, ou de Paep) est né à Gand en 1547. Il fit de brillantes études en grec et en latin à Cologne puis à Louvain. En 1581 (1), il publia un traité de 230 pages en latin destiné à prouver que la quarte est une consonance, sous le titre De consonantiis, seu Pro diatessaron (Des consonances, ou Pour la quarte), imprimé par Christophe Plantin à Anvers. La même année, il se noya en se baignant dans la Meuse à Liège, le 15 juillet.

Pour d'autres détails biographiques, voir Auda, Fétis et Weckerlin.

Le traité dut être bien diffusé en Europe, puisque Zarlino lui répondit en 1588 et 1589. Si Zarlino fit bien comprendre qu'il tenait Papius pour un incompétent, de son côté Cerone le mentionna en 1613 dans une liste des principaux théoriciens de son temps. En outre, Papius aurait été encouragé dans son entreprise par les compositeurs Jacques de Kerle et Philippe de Monte (2). Il est cité en 1614 dans le journal d'Isaac Beeckman.

* * * *

(1) « Walther et les autres musicographes allemands citent de cet ouvrage une édition de 1568, d'après Lipenius ; Fétis reproduit cette indication : il n'y a qu'une chose à observer, c'est que Papius (...) l'aurait écrit et publié à l'âge de 21 ans, puisque Fétis met sa naissance à la date de 1547, ce qui nous semble bien précoce pour un ouvrage de ce genre ; il faut encore remarquer que Gerber et Becker donnent la naissance de Papius à la date de 1551, en ce cas l'auteur aurait eu non pas vingt et un ans, mais dix-sept ans au moment où cet ouvrage parut. » Weckerlin 1885, page 215. - « Remarquons toutefois que rien, dans l'édition de 1581, ne permet de conclure à une réédition, aucune allusion dans la dédicace ni dans le texte. » Auda 1930, page 138. - Selon Fétis 1863, le titre de l'édition de 1568 était : De consonantiis, sive harmoniis musicis, contra vulgarem opinionem.

(2) Information donnée par Walker. Voir Papius 1581, page 69.

Gaël Liardon - dernière mise à jour: 10 octobre 2018
Je remercie mon directeur de thèse Philippe Vendrix
qui m'a fait découvrir ce traité et m'a incité à l'étudier.